Week-end Raquettes à Ascou-Pailhères

mardi 4 février 2014
par  Michel.B
popularité : 11%

Après les désormais habituelles défections nous étions 9 à rouler sous la pluie en direction de l’Ariège samedi matin. Il fallait une bonne dose d’optimisme pour espérer passer l’après-midi au sec. De bonnes averses de neige nous ont en effet arrosés entre la station d’Ascou-Pailhères et le hameau près de la Couillade de Font Nère. Nous apercevons vaguement dans le brouillard la cabane du Col de Pailhères. Belle montée appréciée des cyclistes par des cieux plus cléments… Pas question de monter comme prévu jusqu’au Tarbésou noyé dans le brouillard. Au pied du tire-fesses de Régalécia rencontre avec une pauvre pisteuse blottie dans sa cabane et qui n’a pas eu la moindre fesse à se mettre sous la dent, son engin de remontée tournant lamentablement à vide. Incapable de répondre à la moindre question sur la géographie ou la météo dans le coin, nous en avons tiré la conclusion qu’elle avait probablement montré les siennes pour réussir l’entretien d’embauche. Nous lui avons donc montré les nôtres en plongeant dans une piste bleue vierge de skieurs.

Soirée France-Angleterre et… non pas rosbeef mais tartiflette au Relais Montagnard d’Orlu. La bouteille de liquide vert au Cognac entamée à la Clape m’a encore attiré des réflexions… du patron du gîte ! Décidément j’aurai du mal à la faire passer !

Dimanche direction le petit parking de Montmija où nous retrouvons l’ancien club de notre président, logé à la même enseigne. Nous les laissons ouvrir la route dans la vallée de Coume Grande où s’éclatent de temps en temps des chiens de traineaux. Une petite pensée pour Michel B en traversant cette magnifique forêt, oui je sais Michel… Belle remontée facile de cette vallée mais les affaires se corsent du côté de la Jasse de Gabensa où la pente devient sérieuse. Peu après d’ailleurs nous croisons l’autre groupe qui bat en retraite ; ils te donnent le bonjour Bernard… ! Pente raide, neige profonde, brouillard dense et vent décoiffant jusqu’au sommet du Sarrat de Casalins, réputé pour … sa vue sur la Dent d’Orlu ! C’est là que le couvre-sac de Marie décide de s’envoler sans elle malgré Francis qui tente pourtant de se jeter dans le vide abîmal ! A la descente nous bénéficions de la salle à manger taillée à la pelle par l’autre groupe. Ils doivent se défendre à table eux aussi ! Pas une goutte d’alcool et pourtant à une intersection je n’ai pas pu éviter la collision avec un ruisseau. Je reconnais, il venait de la droite ! Faut pas trop sauter non plus avec des raquettes… et plouf dans l’eau et bing encore un coup à mon pauvre crâne. Cette région d’Orlu me semble maudite, aurait-elle une Dent contre moi ? C’est en effet à moins de 3km de là qu’en avril dernier j’ai reçu un magistral coup de savate présidentiel dans les dents ! L’enquête n’a toujours pas déterminé si c’était volontaire ou non. Je pense que non, sinon il aurait mis les crampons, c’est plus efficace !

Week-end à refaire avec un peu plus de visibilité… !

Samedi : Col de Pailhères – 1492m/1947m – Déniv 455m – 6,7km en 3h30

Dimanche : Sarrat de Casalins – 1326m/2059m – Déniv 760m – 9km en 5h50 (Pour l’autre groupe : 1326m/1700m – Déniv 400m – 7km)

PS : pour les esprits tordus, et c’est pas ce qui manque, une couillade est un large col herbeux et rien d’autre !

DIAPORAMA


Statistiques

Dernière mise à jour

lundi 16 octobre 2017

Publication

691 Articles
77 Albums photo
3 Brèves
5 Sites Web
4 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
85 hier
215942 depuis le début
32 visiteurs actuellement connectés