A LA DECOUVERTE DES CANYONS ARAGONAIS

vendredi 30 août 2013
par  Michel.B
popularité : 15%

A LA DECOUVERTE DES CANYONS ARAGONAIS : Barrossa–Miraval–Vendico

DIAPORAMA (Après la lecture de l’article vous avez un petit film à regarder. Benoit se demande si l’eau est bonne ou pas !! LOL

Nous pourrions en faire une chanson :

« Il est un coin d’Espagne ou le bonheur fleuri, ou les canyons grandioses y sont très jolis, Ai toum tchic ….. »

Le haut Aragon recèle de véritables richesses naturelles dont ces canyons qui ont été creusés dans les massifs calcaires, granitiques et schisteux. Ce sont parmi les plus grands canyons d’Europe.

Notre point de chute fut le camping « Saint martial » entre Bielsa et Ainsa. Arrivé vendredi matin au lieu de bivouac, après avoir installé nos tentes et pris un rapide repas, nous sommes partis à trois, Fabien Vincent et moi, à l’assaut du premier canyon sur le rio Barrosa au nord de Bielsa.

Après une marche d’approche avec une belle côte sur piste caillouteuse, nous accéderons au point de départ, par un chemin au travers du maquis. L’eau est limpide, le niveau d’eau est excellent. Nous nous équipons de nos combinaisons et équipements complet (baudrier, longe, cordes, sacs avec bidons étanches pour nos affaires). Nous commencerons par prendre contact avec l’eau au pied du chemin histoire de voir sa température à laquelle nous nous ferons très vite (au tour des 10°). Merci à l’inventeur du néoprène.

Nous arriverons rapidement au premier rappel situé sur une cascade. Ce qui permettra à fabien de donner les premières consignes importantes et de nous expliquer le principe du rappel en canyoning. Celui-ci est différent de l’escale, matériel, système de freinage et son utilisation, dégagement une fois arrivé dans l’eau, codification de langage de signes pour dialoguer (en raison de la difficulté de discuter avec les bruits de l’eau).

Ce premier point se fera sans difficulté, jusqu’au suivant qui peut se franchir soit en tobogan, soit en sautant. Vincent optera pour le tobogan qui vous projette dans une marmite de géant. Avec Fabien nous opterons pour le saut. Personnellement, ce sera un grand moment de patience !!! Et oui ! Faut se jeter mais ce n’est pas toujours gagner au début. Mais avec le temps on finit par y arriver !

Ce premier canyon nous a permis de découvrir les rappels, le saut classique. La course a duré près de 3 heures et termina par une recharge en protéine et gaz sous forme de Clara.

Nous dinerons au camping et seront rejoints par Elsa et Benoit. Fabien nous présentera le programme du lendemain avant de se coucher.

Samedi matin, le réveil se fit vers 7h00 pour un départ vers le canyon de Miraval à 8h00. 8h30 nous garons les voitures au pied du village de Tella, le point d’exutoire du rio Yaga. Nous prenons nos équipements et partons pour 2 heures de marche vers le point de départ du canyon au hameau de Miraval.

Nous sommes seuls à notre arrivée. Le canyon est pour nous, mais nous nous sommes fait dépasser par des minibus de touristes qui ne tarderont pas à suivre nos traces.

Nous nous équipons et c’est parti. Nous engageons la descente qui va s’avérer très aquatique. Pas de rappels mais des sauts en hauteur, des sauts en position de plongée (à plat, tête devant) des sauts de chaise. Rien à voir avec la veille. De plus, le canyon va très vite ce fermer. Nous sommes encadrés par les 2 parois. Nous allons passer des grands plats ou l’eau glisse entre les murs sculptés par l’érosion. Pas de possibilité de faire demi-tour, ni de grimper. Il faut descendre le courant.

En se mettant de dos, tête vers le ciel, non seulement notre regard est capté par les lignes de la roche polie et ces falaises resserrées mais aussi par la ligne de lumière dans cette fente habillée du vert des branches des arbres. Elles dépassent sur le canyon et défilent au-dessus de nous. Nous nageons en douceur en se laissant porter par le courant. Plusieurs passages dans le même esprit et la même ambiance de quiétude et de plénitudes vont se succéder.

Ces passages sont entrecoupés par des petits sauts (souvent à plat). Il faut éviter de traverser les eaux gazeuses des chutes (elle n’est pas portante et donc peut se révéler dangereuse). Mais notre guide sera nous apporter les explications et les solutions pour traverser les différents passages délicats. Il sera amené à sécuriser également par des mains courantes 2 passages clé du canyon.

Nous atteindrons une belle plateforme avec une belle marmite où Vincent et Benoit M. se feront plaisir avec un saut de près de 12 ml.

Le temps de manger, il est 14 heures et nous sommes rejoints par plusieurs groupes Espagnol et français. Le temps d’observer une truite avec le masque, de se rééquiper et nous reprenons notre chemin aquatique.

Le profil est similaire à la première partie : toujours féerique. Oui ce n’est pas là une simple remarque sympathique que je fais. Ces lieux sont à la fois sauvages gracieux fluides et enchanteurs. C’est un tableau vivant, une œuvre d’art de la nature que nous traversons. Le classement du massif au patrimoine de l’UNESCO n’est pas un hasard. Nous sortirons du canyon comme des enfants après 7h00 de course.

Mais le spectacle ne pouvait pas s’arrêter au canyon. Après s’être libéré de nos combinaisons, Fabien nous amène à l’Ainsa. Après la visite de la vielle ville, nous y dégusterons une clara et une superbe paella arrosée d’un vin blanc du Véro.

Le dimanche matin, le réveil sera énergique pour prendre la route du canyon d’Anisclo. Direction le canyon du Vendico situé en limite du parc national. Une visite de la grotte en rive droite s’impose.

Nous ressortirons légèrement terreux. Mais le canyon va vite nous faire oublier la boue. Ce fut un canyon très complet, des sauts, petits et grands, des passages de trous de souris dans des cahots, du rappel. Le passage de la cascade sera le plus spectaculaire avec un très beau rappel.

Enfin pour final, un joli saut du haut d’un rocher sur le ruisseau au-dessus d’un superbe gouffre.

Notre séjour se terminera par un pique-nique à l’heure espagnole au bord de la rivière avant de reprendre la route de retour.

Ce séjour aragonais fut parfait

Benoît G.

IMG/flv/canyon_espagne.flv

(Pour démarrer il faut cliquer sur le bouton de gauche. Vous pouvez aussi voir le film en plein écran)


Statistiques

Dernière mise à jour

lundi 25 septembre 2017

Publication

687 Articles
77 Albums photo
3 Brèves
5 Sites Web
4 Auteurs

Visites

26 aujourd'hui
76 hier
213279 depuis le début
12 visiteurs actuellement connectés