Grand Paradis (Italie)

jeudi 29 mars 2012
par  Gil
popularité : 10%

Après avoir décalé pour avoir le « bon spot météo », et un arrêt nocturne dans le gîte de Denis à Lagamas, nous sommes partis très tôt vers Chamonix où une commémoration en souvenir des victimes de l’incendie du tunnel nous retarda un moment.

Jour 1 :Arrivés sur Cogne et au bout du Valnontey (1666) nous dûmes nous rendre à l’évidence que la sécheresse frappait l’Europe du sud. Changement du fusil d’épaule, sachant que Jean-Clair n’avait pas eu le refuge de Pontèse pour connaître les conditions d’enneigement de la face sud par laquelle nous devions revenir dans cinq jours, nous avons décidé que l’on reprendrait la voiture dans le Valsavenrenche.

Montée au refuge de Vittorio Sella (2584) en portant sur 400m pendant 1h, avec les chamois de l’office de tourisme pas sauvages du tout ! Reçus comme des princes par Angelo, patriarche de la vallée, ancien député, ayant des connaissances dans le monde politique européen.

Jour 2 : Montée vers le Grand Serra ou Sertz (3552), c’est selon la langue. Passage raide sous l’arête avant de gravir le sommet d’où l’on redescend versant Ouest par un rappel de 15m mini. Retour par le même itinéraire et une petite remontée en traçant au col de Tuf (3255), passage au refuge pour dire au revoir à Margot (2 mois) montée en hélico la veille. Transfert vers l’Hostellerie du Paradis aux Eaux Rousses, réception par une autre figure de la vallée et comme nous étions introduits par Angelo la réception fût très sympathique...

Jour 3 : Montée en refuge de Chabot (2750) , désert, petite pause sur le coup de 10h30, redémarrage vers le bivouac Sberna (3404) où nous passerons 3h à « globuler » au soleil pour attendre aussi que la neige en face sud soit parfaite à descendre. Soirée entourés de francophiles et germanophiles mais pas d’italiens... il faut dire que les seuls que nous avons vu par la suite (les collants-pipettes) préparent la course du 22 Avril, pour ceux qui sont intéressés !

Jour 4 : Départ à 6h30 pour le Grand Paradis sous la face Nord que nous avions gravie avec Claude, Annie et Denis dans les années 2000 (un TRES grand moment d’alpinisme). Traversée sans difficulté du glacier de Laveciau, retour au soleil au schiena d’Asino (esquino d’aze) puis arrivée paisible sous le sommet (4061) petit pas pour franchir un mur plein nord et toucher enfin la « Madona ». Redescente sur Vittorio Emmanuel II par une grosse piste rouge...

Là nous avons retrouvé toute une colonie Ariégoise ainsi que Pierre Bogino que certains ont côtoyé en Vanoise, accompagnant un groupe de toulousains et mazamétains avec qui Denis eu tôt fait d’engager la conversation.

Jour 5 : C’est devenu une habitude de partir avant tout le monde mais Jean-Clair est un lève-tôt. Et bien nous en pris car une fois dans le vallon du Grand Etret nous sommes allés à un col (3178) sur la droite d’où nous firent une descente sur une neige de bonne qualité. De retour en bas on croise Pierre et sa bande plus des suisses valaisans avec qui nous avions sympatisés.

Nous ne pouvions pas en rester là et comme on avait un peu de temps on c’est refait 500m de plus (quand on aime...) vers le sommet du Grand Etret (3201) ; la neige ayant ramolli il a fallu se battre pour descendre. D’autres ont eu moins de chance, un hélico est venu les chercher... retour à la station de ski de fond de Pont (1960), le séjour est fini !

On a connu le Grand Paradis, qui ressemble beaucoup à un purgatoire, pour l’autre on verra plus tard.


Statistiques

Dernière mise à jour

jeudi 23 novembre 2017

Publication

702 Articles
77 Albums photo
3 Brèves
5 Sites Web
4 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
87 hier
220346 depuis le début
16 visiteurs actuellement connectés