Perdiguère

par Bernard
mardi 5 octobre 2010
par  Gil
popularité : 4%

Sortie au pic Perdiguère : Samedi quatre participants bien motivés (Bernard, Sylvie, Patrick & Françis) n’ont pas hésité à braver 1400m de dénivelé et de fortes rafales de vents pour accéder au refuge non gardé du Portillon. Arrivés au refuge, il y a déjà du monde, et nous sommes chaleureusement accueillis. Nous constatons qu’une équipe du Gers a monté une quantité de nourriture et boissons pouvant rivaliser avec celle d’un réveillon. Avant d’attaquer l’apéritif que l’on pressent robuste, il y a la corvée d’eau. La première tentative au lac du Portillon a été rendue délicate par les vagues levées par le vent, et a assurée un rinçage pour les « écopeurs » d’eau ! La 2ième tentative s’est faite à la retenue d’eau potable du refuge, dans des conditions plus calmes. Nous avons voulu pousser une excursion jusqu’à la sortie de la galerie de vidange du lac Glacé dans le lac du Portillon. Après une approche délicate sur un sentier escarpé et humide, deux téméraires, sur un retour de vent, se sont retrouvés copieusement douchés. Il y avait suffisamment de vent pour les sécher !! De retour au refuge, les gersois avaient pris de l’avance. L’apéro fût à la hauteur des attentes : généreux. Nous avons été sollicités afin de les aider à éliminer les excédents de foie gras et vin blanc doux. Nous avons fait de notre mieux pour ne pas décevoir ! Le repas en chanson a été assuré par le chœur des « festaïres » du Gers chaleureusement soutenu par des tablées enthousiastes.

Le lendemain dimanche, départ à la pointe du jour pour le Perdiguère. L’avancée est rendue délicate par les fortes rafales de vent tournoyant. A chacune de celles-ci, on apercevait des embruns qui s’élevaient d’une dizaine de mètres au dessus du lac. A un moment, nous rencontrons des isards, dont on a pu apercevoir dans le regard, la surprise de voir des bipèdes dans un tel endroit avec un tel vent ! Après avoir repoussé plusieurs fois la décision de faire demi tour, arrivés au vallon de Literole à 2900m, et ayant de plus en plus de difficultés à nous tenir debout, nous décidons d’arrêter. Nous effectuons un repli prudent jusqu’au refuge, où nous apprécions une collation réparatrice. Nous reprenons nos affaires, et commençons la descente, pour un retour contemplatif jusqu’aux Granges d’Astau. Devant le pot de l’amitié, même si le sommet n’a pas été atteint, tous les participants sont satisfaits d’avoir passé un très bon week end.


Portfolio

retour Aux abris ! Ecopeurs Mouillés ? Déversoir du lac glacé Sommet imposant !

Statistiques

Dernière mise à jour

lundi 16 octobre 2017

Publication

691 Articles
77 Albums photo
3 Brèves
5 Sites Web
4 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
85 hier
215942 depuis le début
32 visiteurs actuellement connectés