Week-end Grand Parcours Randonnée de VERS-SUR-LOT

lundi 25 septembre 2017
par  Michel.B
popularité : 4%

Forrest Gump disait : « Les sorties du CAF c’est comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber. ». Pour ma part, je n’avais pas de propensions élitistes en arrivant, juste une légère appréhension, vu que je ne connaissais personne ou presque. Et compte tenu du temps qui était prévu, attirer des clients sur cette manif pouvait relever d’une gageure. Il semblerait en plus que certains se soient dégonflés sans explications, mais malgré tout cela, je n’ai vu personne repartir autrement qu’avec la banane, même si des fois elle était un peu trempée.

Tout d’abord, j’ai pris « Marche Nordique ». Complémentarité des deux initiatrices (Je ne veux pas citer de noms de peur d’oublier quelqu’un). Une petite et une petite. L’une très calme, l’autre explosive. « Baisse le dos ! … encore ! Haha c’est ça ce que tu appelles baisser le dos ? » Séance d’échauffement avant de commencer, séance de gainage PENDANT les opérations, puis étirements. Entre temps, 3 heures de rando pas difficile mais prenante, certaines fois sous les sarcasmes : « Hé tout à l’heure il m’a demandé de lui garder ses bâtons ! Tu crois que t’en as pas besoin ? » « Les bâtons on les tient pas comme un déambulateur ! » Bref, tout pour plaire : une activité bien physique mais qui fait attention aux perturbations.

Le midi, repas fut rapide et légèrement mouillé. Un peu d’appréhension pour le temps qui nous attendait l’après-midi.

Le groupe des Vététistes fait un peu bande à part, mais la convivialité a l’air d’être assez présente entre eux. Je choisis de m’inscrire bien que le temps soit au déluge. Premier truc, je découvre que le matos a évolué : On peut maintenant faire du vélo avec des roues de camion, et il suffit de toucher un bouton au guidon pour faire monter ou descendre sa selle. Les « pros » choisissent de faire la ballade avec nous ce qui m’a permis d’avoir tout le temps quelqu’un d’intarissable à côté de moi. Bien agréable. 10 Km, un peu de « fangasse » et des dérapages mais là aussi envie de recommencer. En rentrant je m’offre un essai du vélo-camion de Patrice (c’est bien son prénom ?) et je passe de véritables murs en descente. Régal.

Je retrouve du monde autour des slack-liners. Pas facile. Un gros musclé genre hipster barbu fait des démos. J’aimerais savoir faire ça mais mes jambes font trembler la sangle.

Le repas du soir entre nous est cadencé par les échos du mariage fêté dans la salle d’à côté. Je prête mon appareil photo aux gamins dont Loulou qui eut pour mission d’aller tirer le portrait de la jolie serveuse. A vous de noter l’épreuve. Le lendemain comme la pluie était programmée, tout le monde se rua sur la rando « culturelle ». Nous avons donc suivi les traces d’un illustre breton surréaliste local qui inaugura la première route mondiale jusqu’à St Cirq Lapopie, censée abolir les frontières entre l’imaginaire et la réalité. En tout cas on n’a pris la pluie que sur la fin du retour et c’est déjà pas si mal. Quant à moi, j’essayerai de mettre en pratique la meilleure pensée philosophique entendue ce jour-là en évitant de « vieillir con » mais je ne suis pas sûr d’y parvenir…

Bonne route à tous

Pierre-Jean G

DIAPORAMA


Statistiques

Dernière mise à jour

jeudi 19 octobre 2017

Publication

692 Articles
77 Albums photo
3 Brèves
5 Sites Web
4 Auteurs

Visites

63 aujourd'hui
119 hier
216152 depuis le début
4 visiteurs actuellement connectés